• Non, je ne veux plus être une commode, de ces commodes fourre tout dont on ouvre les tiroirs , vite fait , pour se servir...c'est commode ,une commode, mais ça a aussi un cœur ,une commode! chacun remplit les tiroirs de ses peines , de ses mensonges, de fausses excuses, de ses oublis, des abandons, d'indifférence, ou de reproches .Chacun vient prendre, et se servir, vite fait bien fait , sans rien à dire, tout est rangé, et disponible, suffit d'ouvrir, ici, sourires, là, le plaisir, et à coté, les mots donnés ! et puis, il y a le tiroir à silence, celui auquel personne ne pense à parler, qui grince, faute d'être usé, toujours, très bien fermé..et puis, le tiroir à colère, ou à ressentiments, tiroir "à qui la faute", tiroir à faire semblant , ....le tiroir à absence ,lui, prend peu à peu du jeu, à force de trop servir , absence de mots offerts , absence de tendresse, de rires et de caresses, ....bien sur qu'il y a un tiroir à mots, mais ils sont mots cassés, ébréchés , éclatés, d'avoir été jetés juste du bout des dents , sans même prendre le temps, juste pour faire semblant, pour faire croire à l'été ou pour faire espérer ...des mots d'ivresse ont échoué , des mots détresse qui ont froid, des mots de larme qu'on ne voit pas , des mots qui pleurent , qui sait pourquoi?..et puis, il y a le tiroir secret, le tiroir des maux, des peines bien rangées qu'il ne faut plus toucher, que personne ne sait , ou ne veut pas savoir, préférant ignorer , .....non, je ne veux plus être une commode, je préfère encore être une potiche, parce qu'au moins, une potiche, peut s'élancer de la commode, pour se briser ,...poussière pour oublier son vide , .....c'est vrai, je préfèrerai être une fée, à choisir, juste pour pouvoir détruire, tous les maux, et les mots , qui ont donné le froid ...mais je suis un chat noir, couleur de désespoir...j'aurai jamais dû rouvrir le tiroir secret ...

    Je ne veux plus ...........

    Pin It

    votre commentaire
  • J'ai décroché la lune , pour la raccommoder .Elle s'était brisée , à trop vouloir rêver .Elle avait l'âme grise, car elle s'était éprise d'une étoile de baiser .Je lui avais bien dit, qu'elle ne pouvait aimer que la plume de nuit qu'on lui avait confiée ....qu'elle ne saurait la vie qu'au travers des mots qui deviendraient sa peau, qu'il ne faut écorcher, sous peine d'aller moins haut .Mais elle a cru aux fées , à leur potion sucrée, elle a voulu gouter, elle a trempé le doigt, voilà le résultat: une lune blafarde , qui soupire et cafarde , qui n'a plus sur la plume que des perles d'écume , qui roulent et se consument en mots qu'elle a volés .....je l'ai dépoussièrée de ses rêves d'amour, et je l'ai raccrochée à la pointe du cœur .Surtout, ne plus jamais, croire au jour bonheur qui donne des minutes pour t voler des heures ,et puis...sourire, toujours sourire, pour désarmer les pleurs .......une lune qui pleure, qui donc est le farceur qui a u cette idée?...une lune sourit, et vit avec la nuit , sans écouter le cœur . La lune s'est installée dans le ciel étoilé, va donc la bercer, en rêves échevelés pour la faire chanter, et peut-être danser .

    J'ai décroché la lune.

    Pin It

    votre commentaire
  • La raison voit les choses telles qu'elles sont , le cœur, lui, ne voit pas ou ne veut pas voir, il sent, il devine , enrubanne la réalité de tendre mousse, rob de soie , rêves qui poussent , voiles légers, parfum baiser, pluie de frissons , choses inventées .La raison voit l'épine alors que le cœur touche la fleur , l'imagine, la rêve plus que de raison, danse plus que de raison, jusqu'à tomber sans vie, et vivre sans raison ......raison et cour, logent ensemble ,mais à toute heure , l'un et l'autre tremble que l'un l'emporte , que l'autre meurt ....

    La raison et le coeur.

    Pin It

    votre commentaire
  • Qu'il est triste ce temps qui ruisselle au carreau en murmurant des mots que l'on ne sait comprendre, qui coulent et puis s'assemblent ,unis au même lit . Les mots se font bateaux , ivres dessus les flots , qui s'enivrent d'étreintes , cadencés , arrachés l'un à l'autre . Voilà que je rêvasse , blottie au creux d'un rêve, que je glisse et oublie, les mots et les images pour un dernier naufrage . ...pour oublier la vie et son manteau de pluie, pour voir des oiseaux, perler au bord des cils, se faisant goélands qui rêvent dans le vent , se laissant emporter, sans même résister, et se laissant aller à cueillir des baisers sur la ligne de l'eau , o ! je me suis envolée , comme sur un écho ....regardez perles d'o , soudain devenues fées pour vous faire rêver .

    Les oiseaux....

    Pin It

    votre commentaire
  • Puisqu'il en est ainsi , et que voilà la pluie, qui dépose la nuit, je me ferai démon , aux ailes endurcies, pour planter le poison , pour faire frémir d'envie et faire jaillir la vie , pour que, sous sa chemise , où se cache le rêve, je glisse mes mains gelées pour en puiser la sève....pour qu'elles puissent danser , aller et s'étirer ,pour qu'elles courent et s'envolent se saisissant au vol , de quelque doux secret qui voudrait se prêter. Je planterai mes doigts, dans l'aube où tout chavire, j'arracherai les maux pour en faire des mots , pour les faire soupirs qui glisseront des lèvres, faisant naitre la fièvre ...Quand mes doigts auront chaud, enfin, alors, ils s'en iront, sur un autre horizon qui n'aura plus de nom , pour y planter mon rêve , à la fleur de passion .

    Je me ferai démon .

    Pin It

    votre commentaire
  • Rêver sur un autre chemin , aller ,le cœur un peu moins loin ,se dire , qu'il n'était pas écrit aux lignes de la vie ...songer, imaginer encore , tracer , du bout des doigts usés , l'aurore sur un autre sentier et puis , laisser, au fil des souvenirs ,tous les points du souffrir....oublier et danser dans une flaque d'eau  pour mieux noyer les maux ....pour faire tourner la tête jusqu'à faire tempête.....finir en rayon de soleil  à nul autre pareil ...

    Partir..........

    Pin It

    votre commentaire
  • Dans le flacon de nuit ,j'ai glissé brins d'envie , quelques bourgeons d'oubli, de la poussière d'étoiles pour faire briller les yeux, et puis, j'ai dessiné, tout au bout de la plume, un rêve , léger et doux, avant de la tremper à l'encre d'un rire tendre pour pouvoir m'envoler ....et puis s'est rajoutée, une perle de pluie , qui soudain a roulé ....

    potion de nuit .

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     " fallait pas m'apprivoiser " dit la fée au rêve .... " maintenant, tu es responsable. "
    - " je ne savais pas , a répondu la rêve , je voulais juste voir si le coeur d'une fée pouvait se noyer , je ne veux pas être responsable, je veux juste aller et venir à ma guise , me poser , m'envoler ....."
    - "à présent , tu sais,....tu as posé l'attente d'un rayon de lumière au milieu de la nuit.qui rend ...le jour encore plus gris... alors passe ton chemin , emporte le chagrin ....et si un autre rêve voulait encore frapper à la porte fermée de féérie, alors il lui faudra donner un bout de gourmandise, un flacon de sourires pour noyer les soupirs, un gros ,très gros morceau d'amour...ah et puis des mots ,des mots doux à croquer et a laisser glisser , des mots imaginés pour chasser le pleurer.... et puis aussi des j'voeux... oui des j'voeux tout et encore sans regrets sans remords ...voilà, on n'apprivoise pas les fées juste pour s'amuser avec des mots usés qui disent le silence dans les heures sonnées, qui oublient d'exister sous le rêve fané.... " il reste malgré tout une tartine de câlins à dévorer des mains et a croquer des yeux contre un bout de ciel bleu .....t'as un tit bout de chocolat , et un gros bout d'amour ? ..... voilà qu'il fait tout nuit sous la neige aujourd'hui.......... reste plus qu'à rêver , un grand bol de baisers au creux des mains pour mieux les réchauffer .....j'aurai jamais dû me laisser apprivoiser ...

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Il y a ceux, qui toujours te diront des mots, sans les savoir, sans les connaître , sans les comprendre , juste les dire...et il y a ceux qui du bout des lettres les entendent , qui les inventent et te les chantent ....il y a ceux qui disent aimer , ceux qui le font, qui te font belle dans le noir , et ceux qui donnent le désespoir en faisant croire à de l'espoir ....ceux qui te prennent et puis te jettent, ceux qui te donnent ou t'abandonnent...Il y a ceux que le temps presse d'oublier , ceux que le temps a effacés, ceux que la vie avait donnés qui n'avaient pas les bons souliers...il y a ceux qui sonnent faux malgré les mots , ceux qui se taisent faute de mots....il y a ceux, qui pensent à toi quand ils n'ont rien d'autre à penser, ou parce qu'ils ont besoin de toi , sans de toi jamais s'inquièter....et il y a ceux qui, dans le noir , sont toujours là, lorsque tu tombes de désespoir, et tout au fond de leur regard, il y a le savoir aimer .......il y a ceux que j'aurai tellement aimé croire pour remplir le vide à combler, ceux qu'un jour j'ai aimés et qu'aujourd'hui je voudrai détester ...il y a ceux par qui je suis tombée , et puis ceux qui m'ont relevée ...et enfin ,il y a ceux que j'ai gommés et ceux que j'aurai voulu garder , douce lueur d'instants fanés , au chaud sous la taie d'oreiller afin de mieux me rappeler les larmes qu'ils ont fait couler afin de mieux les oublier et puis aussi me rappeler, qu'un jour lointain, j'avais rêvé ...............

    Il y a ceux........

    Pin It

    1 commentaire
  • Imagine, ...quel doux mot que le mot imagine! c'est la porte qui s'ouvre libérant les pensées ,qui volent à tire d'ailes comme baisers volés , envolés sans raison pour venir se poser aux lèvres inventées, pour voler un instant ....instant d'éternité , envie de déraison qui touche l'horizon et le fait basculer ,une main qui te touche, mot fleuri sur ta bouche , et la douce chaleur qui frissonne au cœur , un élan qui te pousse, te couche sur la mousse et.....tu ouvres les yeux ..., tout ça n'était qu'un jeu,....imagine , un peu ...rien qu'un peu et tu iras si loin , où bon te semblera , et tout sera pour toi, c'est permis, c'est le jeu de la vie ....imagine est si fou, imagine se fait doux ...mais ne dure jamais plus que le temps d'un baiser ... je vais imaginer, que la vie, .....ne m'aurait pas oubliée , qu'elle m'aurait murmuré , peut-être même chanté quelques douceurs secrètes d'une réalité ..... je vous souhaite belle journée et ,si je ne reviens, c'est que j'aurai trouvé la porte du chemin d'un rêve imaginé ,qui m'aura entrainée bien plus loin que demain......

    Pin It

    votre commentaire
  • Les silences peuvent être infiniment fous , pleins de ce vide immense où l'on a envie de jeter les mots ,juste pour les entendre soupirer et s'entrechoquer. Les silences sont parfois doux, à condition qu'ils sachent dire ce que les mots taisent , alors seulement ils prennent un écho de bonheur. Les silences sont poussières d'amour, qui dansent entre les mots, pour les emplir de magie. Parfois même , les silences sont vides de cette solitude qu'une présence donne par son absence. Le silence est bijou accroché à la peau, qu'un seul souffle d'amour éveille d'une dormance prolongée....oui ,le silence peut être d'amour autant que les mots mais il est bon aussi, parfois, qu'il se taise , pour les laisser parler, en toute liberté, afin de faire du jour une merveilleuse journée qui, les ayant attrapés s'en nourrira , au fil des heures de silence, sans l'entendre résonner .

    "L'amour est de silences, tout autant que de paroles "

    Pin It

    votre commentaire
  • Laissons le jour prendre son élan , encore un instant écouter le murmure du rêve , en vagues douces , l'imaginer s'élancer avant de se briser. Chaque jour est un pas qui m'éloigne ,il fuit vers l'horizon , je gomme le frisson, mes doigts ne savent plus,l'oubli s'est installé ,silence qui parfois gronde sa rage, parfois murmure, et bien souvent se tait, le regard ailleurs , cherchant à effacer toutes les folles pensées qui feraient ressurgir et rouvrir les ailes d'un rêve , d'un doux chemin , d'une route sans fin , ......mais il faut l'enfermer , au fond de son écrin .

    Juste encore un peu avant d'oublier...

    Pin It

    votre commentaire
  • Le temps est coquelicot qui doucement se pose, papillon délicat , sur un grand champ d'amour .Il s'ouvre, et il frissonne dans sa robe si rouge, si pure , telle une goutte de sang qui éclaire le mur. Il s'étonne , s'abandonne  aux rayons du soleil, et lorsque celui ci lui ôte enfin sa robe, il ne reste qu'un coeur, ...noir, qu'il a laissé, avant de se poser sur un nouvel ailleurs , noir comme la nuit, sans étoile, sans bruit...le champ courbe la tête , il sait que lui aussi sera bientôt fauché, l'été est installé, et la nuit va tomber sur les plages où l'amour viendra s'abandonner,en dessinant des cœurs, enlacés en bonheur , inconscient du malheur d'aimer, car, fileront les heures, qui les effaceront, eux aussi pour la nuit de ces jours d'oubli.

    Gentil coquelicot.

    Pin It

    votre commentaire
  • Que la poussière d'amour   de fée caillou, qui réside encore, tout au fond de son cœur, traverse cet océan de gris, qui couvre le ciel du jour , pour aller vous aimer. Qu'elle résiste à la tempête intérieure de  son âme et se reproduise à l'infini, en vagues de tendresse , en caresse des yeux, en mots des doigts, jusqu'à refermer la barrière du jardin du faiseur de rêves pour aller cueillir les fleurs de vie, les vraies, celles que l'on peut sentir, toucher, et prendre dans ses jours, celles qui ne restent pas dans la vitrine juste pour attiser la convoitise , qui ne sont que mirages...ce sont peut-ètre les plus belles, les plus parfumées, mais les plus dangereuses , sans rien à l'intérieur , juste une sève de mots noirs et des épines pour déchirer les âmes et en jouir ....

    Les fleurs du mal .

    Pin It

    votre commentaire
  • Et ainsi va la vie, on espère, on oublie tant de larmes amères, t puis on désespère, on veut croire encore que l'amour n'est pas mort, on dit qu'on ne croit plus, et puis, on s'habitue. Mais , au coin de la rue, on cherche la lumière, à nouveau on espère, et puis on s'aperçoit, qu'il ne reste plus rien d'autre que le chagrin...ce n'était que mirage, venu se rappeler au cœur qui fait naufrage, ...non, je ne croirai plus, ainsi s'en va la vie et ainsi nait la nuit , qui s'écoule en jamais, bien plus qu'en toujours, en silence, en regrets , en oubli, en rire au coin des yeux, en rivière à la bouche...

    Ainsi va la vie.

    Pin It

    votre commentaire
  • Apprivoiser le temps.

    Apprendre  à ne plus compter, les secondes , les heures, les jours de douleurs , et les semaines en pleurs, accrochés aux aiguilles de ce temps qui se meurt. Mais respirer encore la fleur qui s'endort , une dernière fois, , s'en remplir le corps, le cœur, la mémoire, avant de refermer la porte des espoirs...attendre que le temps file tandis qu'au bout des cils, perle le désespoir .Apprivoiser ce temps qu'il faut bien dépenser , si vide de pensée, et si long à présent ...conjuguer au passé les minutes volées , prises au coffre du temps ..et apprendre à aimer la douceur des ans , qui se sont envolés , en retrouver le goût juste du bout des doigts , jusqu'à ce que tout à coup , le temps revienne et glisse , danse comme l'épée pour te faire voler avant d'un dernier souffle, te dire qu'il t'a aimé ....alors , sourire au fil du temps, devenu souvenir ....et encore espérer .

    Pin It

    votre commentaire
  • Moi, je m'en balance du gris du temps, je m'en balance du rire du vent, qui vient souffler dans mes cheveux, toute sa peine et ses aveux....je m'en balance de la mer ,qui va et vient et puis se perd en vagues longues qui espèrent qu'un jour viendra la fin d'hiver ...j'ai l'âme grise, je désespère, le coeur ballant sous la misère, et un grand vide dans le sang.Je m'en balance de l'amour, qui ,plus jamais, ne dit toujours...je m'en balance du bonheur , filent ses heures , fil ce jour qui , comme les autres sera trop long.....moi j'me balance et puis c'est tout ......jusqu'à tomber , pleurs écrasés .....

    J'm'en balance........

    Pin It

    votre commentaire
  • il est des matins tristes qui ressemblent à l'hiver, des jours à effacer....il est une longue liste de mille choses à taire , pour faire le tour de piste sans regarder derrière.Il est des matins pluie, où ,sous le manteau gris, le jour te sourit  en rayon de lumière, fragile et éphémère, rien d'autre qu'une chimère, qu'il te faut oublier, pour suivre le sentier, à s'écorcher les pieds, le cœur t puis le nez, mais qui mène forcément, à un sourire d'été!..les mots sont si fragiles à peine effleurés, ils se sont envolés, les ailes déchirées, et les voilà fanés .....

    Pin It

    votre commentaire
  • Ici aussi il y a des roses , des rêves fous , de tendres choses, ici aussi meurent les roses, au goût si doux , aux lèvres closes, ...ici aussi rêvent des roses , il faut cueillir un long soupir , y déposer le doux plaisir, des mots, des rires ,et des désirs, , aciduler d'un tit baiser, parfum sucré et framboisé, mêler le tout dans l'herbe tendre, en faire le plat de nos envies , se régaler d'un bout de cœur, et puis voilà qu'arrive l'heure, d'un petit verre, d'une salade au gout baiser , dans le saladier de la vie .......

    Les roses....

    Pin It

    votre commentaire
  • URGENT! échangerai volontiers vieux manant pas charmant du tout, contre doux ,  tendre, et prévenant, prince charmant ,...jeune ..ou pas vieux ,...happy si possible, ou alors vieux avc expérience, si frais t dispo, pour me ventiler les neurones en saison d'été afin d'éviter la surchauffe et les court circuits....attention , pas trop motivé ou quelque peu faignasse,  s'abstenir!...ah non pas deux fois , on ne m'y prendra plus ...hihi !

    Petite annonce.

    Pin It

    votre commentaire
  • A quoi ça sert l'amour, à part piquer les yeux  et faire pleurer les cœurs, à quoi sert le toujours, quand tous les mots se meurent sans savoir où aller , sans rêve pour se poser, sans ligne à caresser....bien sur, ça sert à oublier , à tenter d'espérer, que l'on put échapper au sort qui fait pleurer avec le mot toujours , logé au fond des poches ....à quoi ça sert l'amour , sans doute à vivre encore, à croire, et à rêver , fort, avant d'être emportés sur un rayon d'aurore....alors, chuuuut, laissons les espérer qu'ils seront les plus forts et qu'au bout de la vie , ils s'aimeront encore ........

    A quoi ça sert l'amour.

    Pin It

    votre commentaire
  • Un tit bonheur.

    Il était une fois un tit bonheur, qui aurait bien voulu pousser dans le jardin de fée....tant de fois arraché, tant de fois affamé, tant de fois desséché ,... dans un coin minuscule, il relevait la tête, ...et on le piétinait...mais tant de mains ,soudain ,de cœurs et de mots sont venus l'arroser , qu'il finit par germer, et relever le nez ...la chaine s'est formée pour mieux le protéger, alors il s'est lancé et il essaie de croire que la vie ne l'a pas tout à fait oublié, et qu'un jour, dans un coin du jardin, il pourra vivre enfin, juste vivre un peu,...et se laisser tenter par un autre baiser du rayon de soleil , qui viendra l'effleurer  sans vouloir le bruler !.......

    Pin It

    votre commentaire
  • Au nid de fée règnent les mots, des mots sourires, des mots sanglots, des mots qui courent, les mots du jour. Il n'y a pas dans la marmite, le mot bonheur qui s'agite mais il y a de l'eau salée pour que les mots puissent danser au gré des flots, puissent rêver au fil des maux. Il n'y a pas d pièce d'or, mais il y a des mots en or, des mots rêvés et espérés qui valent bien plus qu'un trésor. Dans la marmite, au nid des fées, mijote l'encre qui, dans les veines, chante et palpite , oublie ses chaines, et quelques mots à grignoter , menu est l'appétit de fée .

    Le nid des mots de fée

    Pin It

    votre commentaire
  • J'ai rêvé bien souvent du tourbillon de la vie, qui m'aurait emporté , il ne veut pas des fées . J'ai rêvé si souvent de ces rires d'enfants, de ces murs bien blancs,  de ces volets ouverts , de ces baies de lumière...mais je suis née Cosette, la Cosette des fées . Je vis dans un ruisseau où il n'y a plus d'eau , c'est la faut des maux, le nez dans la poussière, c'est la faute à ...misère , des barreaux aux fenêtres, ..ah non, il n'y a plus de fenêtres, mais restent les barreaux ...pas de rires d'enfants, c'est la faute au ....manant mais, sans un ciel plus bleu, n'auraient pu être heureux!...et puis, la fée caillou, la Cosette des coups, de la vie sans lumière, ne pouvait être nid pour loger petit d'homme .Je n'ai qu'un seul pouvoir , celui des rêves fous, ..alors il y a longtemps, j'en avais planté un, tout au fond du jardin , pour me parler bonheur,....il était rire et fleur, coloré de douceur, et puis il a grandi, il est devenu pluie, plein d'épines au cœur, j'ai dû les arracher , une à une , dents serrées, pour que cessent les heures qui chantaient le malheur ....j'avais rêvé la mer, je n'ai eu que l'amer, j'avais rêvé lumière, et j'ai reçu l'enfer. C'est ça les rêves fous, ils rêvent et puis c'est tout ....je ne suis qu'une fée, qui tente d'échapper à la réalité ,qui ne sait que rêver, peindre et dessiner, créer , imaginer des choses que vous ne voyez pas , ne voulant reproduire la triste vérité , en refusant les règles, les cases ......j'écris les mauvaises herbes qui sont dans le jardin , pour taire les chagrins! je vous l'avais bien dit , je suis la mauvaise herbe, vagabonde et rebelle , qui a l'air docile mais qu'un coup de faucille force à résister pour pouvoir repousser. Je suis la mauvaise herbe qui trace le sentier du savoir rêver mais qui n'a pas sa place dans le jardin des hommes , pour ne pas ressembler à la réalité . Si je sais me courber , je sais aussi briser......pousser sur une pierre ,m'accrocher au rocher , ou changer de sentier .

    La mauvaise herbe.

    Pin It

    votre commentaire
  • L'indifférence, c'est ce lambeau de soi , bout de souffrance que l'on pose au bout du cœur ,pour en éteindre la douleur ...c'est cette porte que l'on ferme, doucement , l'air de rien, jusqu'au moment où s'ouvrira la main ,pour en laisser tomber la clé....l'indifférence, guérison ,doux poison, du mal de ne plus aimer , oubli du malheur d'aimer ...c'est la balance qui te rappelle cette peine lourde à porter , tellement plus lourde que le bonheur , que tu avais cru récolter...pour mieux te dire de ne plus regretter. L'indifférence conjugue le mal au passé, elle jette aux orties la souffrance et donne la clé d'espérance qui ouvre la porte de l'oubli. L'indifférence, c'est quand tu essaies de retrouver ce qui, chemin faisant, avait joué les aimants, et que tu ne trouves plus que les quelques miettes laissés par le temps ....  L'indifférence, c'est pouvoir enfin arracher l'épine sans que les mots ne coulent ...L'indifférence, c'est la croix déposée , sans bonheur, mais sans regret ....c'est cette porte ,de mon jardin secret, dont personne n'aura plus le secret ....

    L'indifférence.

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique