• Au bout du couloir ........

     Je reste plantée là , sans savoir, au milieu du couloir ,de la vie , ...de la vie , de la mort , tout dépend de la façon de voir .....comme l'aiguille du cadran qui s'est plantée au cœur pour ne plus avancer , des poings serrés sur mes chevilles , qui me disent " n'y vas pas , suis ton chemin , suis sagement le couloir blanc , menton relevé ".....il y a ces portes , sur les cotés, enfin plutôt de petites fenêtres où , si tu cours , tu as un instant pour respirer , pour prendre une bouffée de rêve, pour tenter d'apercevoir , malgré des œillères sur les cotés .....un petit balcon où tu t'enivres , où tu t'échappes, les ailes déployées , grand cormoran sur la marée qui se laisse porter . Je regarde cette minuscule ouverture qui, tout à coup, me semble gigantesque , je crois même percevoir un bout de lumière.........courir , vite, s'engouffrer dans l'orifice et partir sans regarder ailleurs , oublier ce couloir à l'odeur de vie qui déteint sous la pluie .....m'évader , sauter par le balcon, sous les yeux des moutons qui , eux, suivent ,chacun leur couloir , chacun leur espoir , petite fleur coincée dans un vase étriqué ........je cours, j'aspire une bouffée de rêve coloré , j'inspire , l'amour , le champ de blé , vertige d'avoir trop respiré , j'expire cette vie , son souffle de misère , je veux sentir l'envie , encore un peu , sans masque à porter ....la porte claque , il faut marcher , à petits pas comptés , le cœur rempli de cette tendre chimère, les yeux pleins de cette douce lumière .....fixer cette sortie , là bas, tout au bout du couloir , il faudra bien ....un jour .Mais , ne pas se résigner ,jamais, ... le manque d'air revient , le rêve se fait lointain , encore serrer les poings , jusqu'à ce petit point qui grandit , à l'aurore, dans lequel j'irai voir , et m'enivrer encore , maudissant le couloir , couleur de désespoir , ........tendre toute mon âme sous les mains d'un frisson qui, quoique déraison , me donne la raison de courir de voler, jusqu'au balcon des mots , m'en faire un gros bouquet pour faire battre mon cœur , encore un peu , encore ....pour m'enivrer de mousse et de l'arbre qui pousse protégeant de la pluie , offrant son tronc au lierre , m'inonder de lumière , les yeux dans le plafond de son ciel qui se penche pour me tendre ses branches ,.......que je puisse grimper , le coeur, m'écorcher ,et monter tout en haut jusqu'à plus respirer .......prendre une grosse bouffée, et .... me laisser tomber , ...pour ne pas regretter de n'avoir su marcher en suivant le couloir , sans au moins essayer de colorer d'espoir ce rêve qui dansait ... 

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Costes Aurore
    Vendredi 2 Février à 18:05
    Tu as toujours les mots justes, les mots qu'il faut, les mots qui soigne les maux. Te lire est un plaisir immense , pour moi ma tite fée.Je te souhaite de réussir dans ton nouveau projet. Bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :