• Le jour frissonne et puis se donne , avant d'ouvrir enfin ses ailes, pour parcourir des heures fidèles, qui doucement , filent au vent,  qui s'éparpillent et se gaspillent .Nul ne sait, c'est un secret, combien de grains, au creux des mains, combien de rires encore à lire....s'il n'en n'est qu'un, sur mon chemin, je veux l'aimer , l'apprivoiser, le dévorer, n'en rien laisser , même pieds nus, pourvu qu'il dure.. même écorchée, par des blessures, même si c'était mon dernier souffle ...

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :